Les conséquences du manque de sommeil

Fondamentalement, la privation de sommeil est causée par différents facteurs ou une qualité de sommeil réduite. Dormir régulièrement moins de 7 heures par nuit à long terme peut avoir des conséquences majeures sur la santé de tout le corps. Le manque de sommeil peut également être causé par un trouble du sommeil sous-jacent.

Le corps a besoin de sommeil, tout comme il a besoin d’air et de nourriture pour fonctionner au mieux. Pendant le sommeil, le corps se guérit et rétablit son équilibre chimique. Le cerveau crée de nouvelles connexions et aide à maintenir la mémoire.

Sans repos adéquat, le cerveau et le corps ne fonctionnent pas normalement. Ce qui peut réduire considérablement la qualité de vie.

Des recherches menées en 2010 ont révélé que dormir trop peu augmente le risque de décès prématuré.

Les signes évidents de privation de sommeil comprennent :

  • somnolence excessive
  • bâiller
  • irritabilité
  • fatigue

Les réveils, tels que la caféine, ne suffisent pas à compenser le besoin profond de sommeil du corps. Et peuvent aggraver la privation de sommeil en rendant plus difficile l’endormissement la nuit.

Ceci, à son tour, peut conduire à un cycle d’insomnie nocturne et de consommation de caféine pour remédier à la fatigue due au manque de sommeil.

Dans les coulisses, la privation chronique de sommeil peut interférer avec le fonctionnement interne du corps et entraîner des conséquences bien pires que les symptômes initiaux mentionnés ci-dessus.

Les conséquences du manque de sommeil sur le système nerveux central 

Le système nerveux central est l’autoroute sur laquelle l’information circule dans le corps. Le sommeil est nécessaire à son bon fonctionnement, mais l’insomnie chronique peut perturber ce processus de transmission de l’information.

Pendant le sommeil, des voies se forment entre les cellules nerveuses ( neurones ) du cerveau qui aident à mémoriser les informations apprises. La privation de sommeil laisse le corps épuisé, de sorte qu’il ne peut pas faire le travail.

Des problèmes de concentration et d’apprentissage peuvent être rencontrés. Les signaux envoyés par le corps peuvent également arriver tardivement, diminuant ainsi la coordination et augmentant le risque d’accident.

Le manque de sommeil affecte également négativement les capacités mentales et les états émotionnels. Vous rendant plus impatient ou sujet aux sautes d’humeur. Cela peut également compromettre la prise de décision et la créativité.

Une privation de sommeil longue et continue peut provoquer des hallucinations visuelles ou auditives. Le manque de sommeil peut également déclencher des attitudes maniaques chez les personnes atteintes de trouble bipolaire. Les autres risques psychologiques sont :

  • comportement impulsif
  • anxiété
  • une dépression
  • paranoïa
  • idées suicidaires

Il est également possible que le soi-disant microsommeil se produise pendant la journée. Lors de ces épisodes, vous vous endormez quelques minutes ou secondes sans vous en rendre compte.

Le microsommeil ne peut pas être contrôlé et peut être extrêmement dangereux si vous conduisez. Tout en augmentant le risque de chutes et de blessures.

Les conséquences du manque de sommeil sur le système immunitaire

Pendant que vous dormez, votre système immunitaire produit des substances protectrices et désinfectantes. Telles que les cytokines, et les utilise pour lutter contre les invasions externes de bactéries et de virus.

La cytokine aide également au sommeil, donnant au système immunitaire plus d’énergie pour défendre le corps contre la maladie. La privation de sommeil empêche le système immunitaire de construire ses propres défenses. Si vous ne dormez pas suffisamment, votre corps peut ne pas être en mesure de repousser les attaques. Et il peut même prendre plus de temps pour se remettre d’une maladie.

La privation de sommeil à long terme augmente également le risque de maladies chroniques, telles que le diabète et les maladies cardiaques.

Les conséquences du manque de sommeil sur le système respiratoire

La relation entre le sommeil et le système respiratoire est bilatérale. Il existe un trouble respiratoire nocturne appelé ‘ ‘ apnée obstructive du sommeil ‘ ‘ qui provoque une interruption du sommeil et affecte sa qualité.

Se réveiller pendant la nuit peut entraîner une privation de sommeil, ce qui vous rend plus vulnérable aux infections respiratoires telles que le rhume ou la grippe. Le manque de sommeil peut également aggraver des affections respiratoires préexistantes, telles que la pneumonie chronique.

Les conséquences du manque de sommeil sur le système digestif 

La privation de sommeil combinée à la suralimentation et au manque d’exercice est un autre facteur de risque de surpoids et d’obésité. Le sommeil affecte le niveau de deux hormones : la leptine et la ghréline, qui contrôlent la sensation de faim et de satiété.

La leptine indique au cerveau que vous avez assez mangé. En l’absence de repos adéquat, le cerveau abaisse les niveaux de leptine et augmente ceux de la ghréline, qui est un stimulateur d’appétit. Le flux de ces hormones peut expliquer les grignotages nocturnes ou la sensation de faim.

Le manque de sommeil peut également vous rendre trop fatigué pour faire de l’exercice. Au fil du temps, une activité physique réduite peut entraîner une prise de poids, car vous ne brûlez pas assez de calories et ne développez pas de masse musculaire.

La privation de sommeil amène également le corps à sécréter plus d’insuline après avoir mangé. L’insuline contrôle le taux de sucre dans le sang : un taux d’insuline plus élevé favorise l’accumulation de graisse et augmente le risque de diabète de type 2.

Les conséquences du manque de sommeil sur le système cardiovasculaire

Le sommeil affecte les processus qui maintiennent le cœur et les vaisseaux sanguins en bonne santé en contrôlant les sucres, la pression artérielle et l’inflammation. Il joue également un rôle vital dans la capacité du corps à guérir et à réparer les vaisseaux sanguins et le cœur.

Les personnes qui ne dorment pas suffisamment sont plus susceptibles de développer des problèmes cardiovasculaires. Une analyse a lié l’insomnie à un risque plus élevé de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

Système endocrinien

La production d’hormones dépend du sommeil.

Pour la production de testostérone, au moins trois heures de sommeil ininterrompu sont nécessaires ( la durée approximative de la première phase REM ). Se réveiller pendant la nuit peut donc affecter la production d’hormones.

La production d’hormone de croissance peut également être affectée par les troubles du sommeil, en particulier chez les enfants et les adolescents. Cette hormone est importante car elle aide à développer la masse musculaire et à réparer les cellules et les tissus.

L’hypophyse sécrète en permanence des hormones de croissance, mais le sommeil et l’activité physique favorisent également la libération de ces hormones.

Traitement de la privation de sommeil 

La forme la plus simple de traitement de la privation de sommeil consiste bien sûr à dormir plus.

C’est souvent plus facile à dire qu’à faire, surtout si vous avez été privé de sommeil pendant plusieurs semaines ou plus. Passé ce stade, vous devrez peut-être consulter un médecin ou un spécialiste du sommeil qui, si nécessaire, pourra diagnostiquer et traiter un éventuel trouble du sommeil.

Les troubles du sommeil rendent difficile l’obtention d’une bonne nuit de sommeil et peuvent également augmenter le risque de conséquences liées aux effets de la privation de sommeil. Voici les troubles du sommeil les plus courants :

  • apnée du sommeil
  • narcolepsie
  • syndrome des jambes sans repos ( SJSR )
  • convulsions 
  • troubles du mouvement

Pour diagnostiquer ces troubles, votre médecin peut vous prescrire une étude du sommeil. Il est normalement emmené dans un centre du sommeil, mais il est également possible de le faire à la maison.

Si un trouble du sommeil est diagnostiqué, certaines solutions consistent à prescrire des médicaments ou des appareils pour maintenir les voies respiratoires ouvertes la nuit ( comme dans le cas de l’apnée du sommeil ) afin de contrer ces symptômes et d’obtenir un sommeil régulier.

La prévention 

La meilleure façon de prévenir la privation de sommeil est de vous assurer de dormir suffisamment et de suivre les directives pour chaque groupe d’âge, qui recommandent 7 à 9 heures de sommeil pour les adultes âgés de 18 à 64 ans.

Voici d’autres façons d’obtenir un rythme de sommeil sain :

  • limiter ( ou éviter complètement ) les siestes pendant la journée 
  • éviter la caféine après le déjeuner
  • se coucher à la même heure tous les soirs
  • se réveiller à la même heure tous les matins
  • garder le même rythme même le week-end et les jours fériés
  • faire des activités relaxantes, comme lire, méditer ou prendre un bain, pendant une heure avant le coucher
  • éviter les repas lourds deux heures avant le coucher
  • évitez d’utiliser des appareils électroniques juste avant de vous coucher
  • faites de l’exercice régulièrement, mais pas juste avant le coucher.

Les personnes souffrant de troubles veille-sommeil et de difficulté à s’endormir en même temps bénéficient toujours de la prise de compléments naturels à base de mélatonine.

Si les problèmes d’insomnie persistent et que vous souffrez de fatigue, il est conseillé de contacter votre médecin qui pourra vérifier la présence d’une maladie sous-jacente.

Vous pouvez également visiter les autres articles de ce blog < Tous les articles >

Laisser un commentaire