Comment gérer ses émotions ?

Comment gérer les émotions, en quoi elles diffèrent des sentiments et qu’est ce qui vient en premier. Le sujet est complexe, car la relation entre l’émotion et le sentiment n’est pas aussi simple que nous le souhaiterions. Dans cet article, nous allons clarifier cela, en offrant des conseils sur la façon de mieux gérer les émotions, et donc d’améliorer notre bien-être émotionnel.

Que sont les émotions ?

Les émotions sont des réactions aux informations que nous recevons dans notre relation avec notre environnement. En fonction de nos expériences passées, nous allons réagir d’une certaine manière à une situation (c’est pourquoi toutes les personnes ne réagissent pas de la même manière à un même événement). Le niveau d’intensité de notre émotion dépendra de la mesure dans laquelle nous pensons que l’événement affectera notre bien-être.

Ces réactions se produisent à quatre niveaux :

  • Mental
  • Corporel
  • Comportemental
  • Sentimental

Il s’agit donc d’une réponse complexe de notre organisme à l’environnement, dont l’objectif est de s’adapter à la situation actuelle. De cette façon, nous évitons un déséquilibre psychologique, et donc, un trouble ou un malaise psychologique.

Les types d’émotions et leur fonction

Connaître la fonction des émotions nous aidera à mieux nous connaître. Une gestion saine des émotions nous permettra de prendre de meilleures décisions, d’être plus flexibles sur le plan cognitif et, surtout, de mieux diriger notre vie.

Toutes les émotions sont des impulsions instantanées pour agir. Vous trouverez des articles qui affirment qu’il y a 5 émotions, ou 6, ou 7, ou qu’il y en a en fait 250. Après tout, les émotions peuvent être segmentées autant de fois que l’on veut, en fonction des réactions subjectives possibles à un événement.

J’explique ici la signification des émotions que je considère comme les plus courantes et qui affectent le plus psychologiquement notre bien-être :

Colère

La colère (ou l’énervement) déclenche principalement l’adrénaline, une hormone qui provoque l’accélération de notre rythme cardiaque et prépare notre système nerveux sympathique à l’attaque ou à la fuite. Physiquement, nous ressentons plus d’énergie et tous nos sens sont en alerte, ce qui nous rend plus conscients de ce qui se passe autour de nous.

Peur

Dans la peur, l’hormone qui est principalement activée est la vasopressine. L’amygdale (structure complexe située dans le système limbique), activée par cette hormone, est celle qui décide de fuir, d’affronter la situation ou de rester paralysée.

Nos sens sont en alerte (nos yeux sont grands ouverts avec des pupilles dilatées) et notre tension artérielle augmente : notre sang se dirige principalement vers les muscles principaux (jambes) pour les préparer à la fuite éventuelle. C’est pourquoi il n’est pas rare d’avoir le visage pâle ou les mains froides dans ces situations.

Dégoût

La fonction du dégoût est d’éviter l’acceptation ou l’ingestion d’aliments nocifs ou avariés. Cependant, nous pouvons manifester cette émotion de rejet envers des personnes ou des lieux si nous les avons perçus comme nuisibles ou dangereux pour notre bien-être.

Contrairement à la peur, les manifestations physiologiques qui sont activées dans cette émotion (nausées, transpiration, etc.) visent directement à éviter ou à s’éloigner de ce qui a provoqué le dégoût.

Tristesse

La tristesse vous aide à vous adapter à une perte importante. Cela peut être personnel, matériel ou symbolique (par exemple, une déception). Avec la tristesse, nous ressentons une baisse d’énergie et donc d’activité ou d’envie de faire des choses.

Il ne faut pas confondre tristesse et dépression. La tristesse est fonctionnelle et nécessaire, la dépression ne l’est pas. Quelle est la différence ? Lorsque nous sommes tristes, nous prenons le temps d’analyser la situation, de réfléchir et d’assimiler la perte. Dans une dépression, nous faisons l’expérience d’une incapacité totale ou partielle à profiter de n’importe quel aspect de la vie, et plus de la tristesse, nous faisons l’expérience d’un manque d’intérêt pour tout ce qui entoure la personne qui en souffre. Bien que la tristesse soit une émotion négative, elle est nécessaire, et l’évitement de cet état ne fera que prolonger la souffrance.

Le bonheur

La fonction du bonheur est de donner à une personne la sérénité et la stabilité dans ses pensées. Nous éprouvons du bonheur lorsque nous nous disons : « ceci est bon pour mon bien-être ». Normalement, nous ressentons cette émotion lorsque nous atteignons un objectif, que nous éprouvons du plaisir, que nous sommes satisfaits ou que nous nous sentons comblés. Physiquement, nous ressentons un regain d’énergie qui nous motive à atteindre de nouveaux objectifs.

Différence entre émotion et sentiment

Émotion

Comme nous l’avons vu plus haut, l’émotion est une réponse immédiate de notre organisme à une situation. C’est une réponse instinctive à ce que nous percevons par nos sens.

Cette réponse est donnée dans le système limbique : le système limbique, on pourrait dire que c’est le cerveau primaire, le cerveau de base, celui que nous avions déjà à nos origines. Ce système interagit rapidement avec nos hormones et n’a pas besoin d’entrer en contact avec des structures supérieures pour générer une réponse, si bien que dans ces situations, nous agissons sans réfléchir.

Sentiment

Le sentiment est la conséquence directe de l’émotion. A la différence d’une émotion, dans un sentiment il y a une réponse rationnelle (dans laquelle le néocortex intervient). Il s’agit d’un état affectif plus stable, durable et structuré que l’émotion.

Dans le sentiment, l’émotion a été assimilée et, en fonction de nos expériences antérieures, de nos préjugés et de notre type de personnalité (extraverti, introverti, etc.), nous allons réagir d’une certaine manière. Ainsi, grâce aux sentiments, nous réagissons de manière plus complexe et plus adaptative à l’environnement.

Lorsque ces sentiments ont un caractère plus permanent, on peut parler d’états sentimentaux. Les exemples les plus clairs d’états sentimentaux sont la haine ou l’amour.

Comment gérer correctement ses émotions

L’influence des émotions sur la psyché humaine est incontestable. La gestion des émotions a été la clé de l’évolution de l’espèce et, bien qu’au cours de notre évolution le cerveau se soit développé en systèmes plus complexes, aujourd’hui nous réagissons toujours de manière émotionnelle.

J’ai regroupé ci-dessous en trois concepts la manière dont vous pouvez gérer correctement vos émotions :

Acceptez les émotions positives et négatives.

Nous avons vu que nous avons des émotions positives et négatives. Bien que certaines soient négatives, elles sont fondamentales pour notre bien-être, car elles nous amènent à réagir de la manière la plus appropriée à une menace. Le problème survient lorsque nous évitons ces émotions négatives, ou lorsque nos réponses (physiques et cognitives) ne sont pas proportionnées ou ne correspondent pas à un danger ou une menace réelle (par exemple, les troubles anxieux et les phobies). En d’autres termes, une affectivité plate (expression affective) ou une labilité émotionnelle (réactions émotionnelles disproportionnées) nous repoussera lorsqu’il s’agit de se rapporter à notre environnement, nous laissant dans une position défavorable lorsqu’il s’agit de l’interpréter et de prendre des décisions.

Pour cette raison, comprendre que les émotions négatives et positives sont nécessaires et que leur fonction est de nous aider, nous permettra de les accepter plus naturellement et de les observer, et donc de les canaliser plus facilement.

Essayez d’être plus conscient de ce que vous ressentez et pensez pour gérer ses émotions

Développer notre introspection en questionnant ce que nous pensons, ce que nous disons ou ce que nous ressentons nous aidera à détecter les croyances irrationnelles qui ne correspondent pas à la vérité, et donc, en n’étant pas logiques, elles affecteront la canalisation des émotions et des sentiments.

Développez votre intelligence émotionnelle pour gérer ses émotions

Être en phase avec nos émotions est la clé pour développer notre intelligence émotionnelle. Cela nous amènera à faire les choix les plus appropriés dans les situations ou les problèmes auxquels nous devons faire face.

  • Identifiez vos états émotionnels et exprimez-les.
  • Écoutez vos émotions, elles vous aideront à concentrer votre attention là où elle est le plus nécessaire.
  • Comprenez-les, donnez-leur un sens.
  • Réfléchissez-y, trouvez les informations qu’elles vous fournissent afin de les réguler.

De cette façon, nous aurons la capacité de surveiller et de comprendre à la fois nos émotions et celles des autres, en utilisant ces informations pour guider nos sentiments, et par conséquent, nos comportements.

Vous pouvez également visiter les autres articles de ce blog < Tous les articles >

Laisser un commentaire