Syndrome du sauveur – comment s’en sortir ?

Il est bien d’être compatissant et d’aider ceux qui en ont besoin. D’ailleurs, c’est la meilleure marque d’humanisme qu’une personne pourrait avoir. Toutefois, lorsque cela devient une obsession vous pourriez être victime du syndrome du sauveur. Aussi appelé syndrome du preux chevalier, ce trouble est un besoin permanent de sortir quelqu’un d’une situation difficile. En réalité, c’est une pirouette pour différer et fuir ses propres problèmes. Vous vous donnez comme excuse que vous n’aviez pas le temps à force de sauver l’humanité, alors que vous aviez peur d’affronter vos problèmes, d’affronter vos propres démons. Alors comment se débarrasser de ce trouble ? Découvrez comment s’en sortir, pour vaincre le syndrome du sauveur.

Un bon relationnel

Le besoin maladif de sauver quelqu’un peut provenir d’une relation qui est partie sur de mauvaises bases. Lorsque vous êtes dans une relation d’amitié ou amoureuse alors que vous êtes le seul à vous investir, vous pourriez prendre l’habitude de donner sans rien recevoir en retour. Ce sentiment est encore plus tenace lorsque cela vient de votre relation avec vos parents. Alors, la solution c’est d’abord de changer votre manière d’écouter les gens. Souvent les gens veulent parler pour évacuer leur stress ou leur colère. Tout ce dont ils ont besoin c’est quelqu’un qui les comprend ou qui compatit à leurs douleurs et peines. Ils n’ont pas nécessairement besoin de quelqu’un qui leur apporte une solution. Si un ami vous expose un problème essayez de le réconforter, montrer lui que vous êtes avec lui mais laissez lui trouver sa solution.

Déterminez la limite de votre responsabilité pour vaincre la syndrome du sauveur, pour s’en sortir

Vous n’êtes pas responsable de tout. Le monde n’est pas sous votre responsabilité, alors arrêtez d’assumer la responsabilité des autres.  Que cela soit pour un ami, pour votre enfant ou votre partenaire, laisser quelqu’un assumer ses responsabilité est la meilleure façon de l’aider à grandir, à éviter les mêmes erreurs à l’avenir. Ainsi, vous les aiderez à être indépendants en les encadrant et non en assumant leurs fautes et en faisant le travail qu’ils auraient dû faire.

Acceptez votre condition humaine

Accepter sa condition humaine c’est reconnaitre qu’on n’est pas parfait. En effet, beaucoup de personnes atteintes du syndrome du sauveur ont la fâcheuse tendance à réprimander ou à sermonner ceux qu’ils veulent sauver. Inconsciemment ou non, vous les offensez et ils peuvent même apercevoir que derrière cette carapace de super héros se cache un certain narcissisme. En outre, vous ne pouvez pas idéaliser le succès et croire que votre modèle est le seul qui vaille. En réalité, c’est ce qui vous pousse à vouloir sauver quelqu’un qui ne vous le demande même pas sous prétexte que c’est pour son bien. Cela pourrait engendrer d’autres troubles obsessionnels.

Prenez du temps pour vous pour vaincre la syndrome du sauveur, pour s’en sortir

Au lieu de toujours vouloir sauver les autres, sauvez-vous d’abord. En effet, le syndrome du sauveur cache toujours une volonté de fuir ses peurs, de fuir ses phobies et ses problèmes pour prétendre apporter une main forte aux autres. Il est temps de déterminer vos peines et vos peurs. Cherchez ce qui dans votre enfance ou dans un passé récent a provoqué ce déclic. Il peut s’agir de la mort d’un proche ou parent qui vous a bouleversé à un tel point que vous ne vouliez plus qu’une autre personne subisse la même peine. Il peut également s’agir d’une enfance difficile suite à laquelle vous vous êtes transformé en justicier. Cependant, il faut être conscient que s’occuper des autres ne vous dédouanera pas de l’attention que vous devez porter à votre propre personne. Ne vous dites jamais que vous êtes déjà perdu et qu’il faille se rattraper sur les autres.

Vous pouvez également visiter les autres articles de ce blog < Tous les articles >

Laisser un commentaire